Abandon aux CM

La vitesse et le talent des africains ont fait la différence

 A l'impossible nul n'est tenu 

Victime d’un refroidissement accompagné de poussées de fièvre pendant la semaine, j’ai un moment hésité à me présenter au départ. Me sentant un peu mieux la veille de l’épreuve, j’ai espéré jusqu’au dernier moment pouvoir me rétablir à temps. Une fois la course lancée, j’ai cependant rapidement dû constater que les forces n’étaient pas au rendez-vous : incapable de monter à un rythme convenable, médiocre en descente, lent sur les plats. Quand la santé n’est pas là, il n’y a rien à espérer dans une course aussi relevé. J’ai préféré abandonner.

Dimanche dernier je n'étais que l'ombre de moi-même. Tant pis!

 

Démonstration africaine

 Le beau parcours essentiellement sur herbe s’apparentait plus à un (maxi)cross qu’à une course de montagne. Sur un tel terrain la rapidité des coureurs des Hauts-Plateaux a fait merveille, classant 6 des leurs parmi les 8 premiers ! Rien d’étonnant à cela si on s’attarde sur les références chronométriques des coureurs du continent africain. Prenons les ougandais par exemple : le nouveau champion du monde G. Kusuro vaut 13’18 sur 5000m, le 3e J. Kibet 1h02’07 sur semi-marathon, le 14e M. Toroitich 27’57 sur 10’000m et le 67e S. Ayeko 8’18 sur 3000m steeple. Seulement 5 européens terminent parmi les 15 premiers, les africains étant les plus forts.

 

 De retour des CM d'athlétisme de Berlin, l'ougandais G. Kusuro a dominé la course

 

Rien à regretter

 Sur un tel terrain, et avec des adversaires de cette trempe, il n’y avait rien de concret à espérer hormis une place d’honneur. Même si B. Dematteis que je précède aux CE termine aux pieds du podium, les valeurs sures comme le champion d’Europe A. Arslan et son dauphin M. De Gasperi se classent respectivement au 10e et au 8e rang. Dans ces conditions, même une place parmi le top 10 aurait été difficile !

Le site de la Motta, près de Campodolcino et de Madesimo, sur le côté italien du col du Splügen

 

Pas d’exploit helvétique

 En l’absence de la Championne d’Europe Martina Strähl qui abhorre les descentes, les chances de médaille pour la délégation suisse étaient très faibles  à ces championnats. Chacun a donc fait ce qu’il a pu, à son niveau. Mentionnons la 7e place de Candide Pralong chez les Juniors, la 21e de David Schneider chez les Elites, la 25e de Géraldine Bach chez les Juniors Filles et la 27e de Maya Chollet chez les Dames.