Actu course à pied

Popularisation de la course en montagne

Bonne philosophie

Je ne connais pas ni n’ai jamais vu courir Kariem Hussein, nouveau champion d’Europe du 400m haies. Il est cité dans un quotidien comme ceci : « Il y a des écoles de sport, mais je n’y suis jamais allé. C’est bien qu’on soutienne les athlètes, mais je pense qu’il est aussi important que les gens prennent en main leur propre destin. C’est une question individuelle. Pour moi, c’était une bonne chose de suivre le chemin normal, de concilier sport et études. Cela fonctionne ainsi. Je me suis fixé un double objectif : devenir médecin et réussir une carrière d’athlète. » Totalement d’accord avec cette approche, la vie ne doit pas être réduite au sport. Et en Suisse les conditions sont optimales pour la compétition, contrairement à ce que bassinent les médias romands au quotidien.

La course de montagne de haut niveau devenue incompréhensible

Il y a quelques années encore, les choses étaient claires : il y avait des CE et des CM en course de montagne, chapeautés par la WMRA qui fait partie intégrante de l’IAAF. Mais il faut dire les choses comme elles le sont : la WMRA n’a pas réussi à faire savoir que les seuls championnats du monde reconnus officiellement sont ceux qu’elle organise sous l’égide et ceux de l’IAAF. Pire, en y ajoutant des championnats du monde de longue distance boudés par les meilleurs athlètes, elle a cannibalisé ses championnats. Sans parler des World Masters. C’est difficile à comprendre même pour les initiés. Un vrai gâchis, dommage !

Avec le développement du trail, tout cela s’est compliqué encore : Sky running, kilomètre vertical, urban trail, ultra trail, classements par équipe, etc. Aujourd’hui, il y a bientôt autant de champions du monde que de coureurs de bon niveau. Impossible pour l’opinion publique de s’y retrouver. C’est aussi pour cela sans doute que les médias présentent faussement Kilian Jornet comme « multiple champion du monde de course  à pied de montagne ». Kilian est le roi incontesté du trail mais il évite de prendre part aux championnats du monde de course de montagne. On peut le comprendre : qu’a-t-il à y gagner avec des africains, notamment, qui courent trop vite pour lui ?

La course de montagne se popularise

Peu importe finalement. La bonne nouvelle, c’est que de plus en plus de gens ont découvert la course de montagne comme expression sportive. Ma dernière compétition dans ce sport date de 2009 (champion de Suisse et médaillé aux CE cette année-là). Les chronos réalisés à l’époque ne sont pas meilleurs aujourd’hui, c’est même le contraire dans la plupart des courses en Suisse. Par contre, plus de gens courent.

A Tracouet sur les hauts de Nendaz avec Serge, un populaire passionné de hockey sur glace et de course à pied

Je le remarque aussi à Nendaz lorsque je m’entraîne : je croise plus de coureurs sur les chemins qu’il y a cinq ou dix ans. Un bon signe.  

Jean-Daniel Masserey: un vrai sportif

Mon ami Jean-Daniel m’a fait découvrir le ski alpinisme. Nous partageons la même philosophie du sport. Nous en avons une vison similaire. Nous nous sommes entraînés ensemble dans les deux sports pendant des années. Chef d’entreprise et père de famille, il a levé le pied depuis un moment... même s’il conserve une très belle forme.

Avec Jean-Daniel, on a parfois pu faire équipe ensemble (victoire dans une épreuve de Coupe Suisse ici)

Ce printemps, il souhaitait une dernière fois s’inviter au podium de la Patrouille des Glaciers (second à trois reprises !). Malheureusement, il dut y renoncer à cause d’un coéquipier blessé. Sollicité par l’organisateur du premier Nendaz Trail, il accepta d’y participer comme ultime challenge sportif. Bien lui en prit : victoire avec une bonne heure d’avance pour accomplir les 65km (+3’560m dénivelé positifs/négatifs) de cette épreuve. Bravo et merci Jean-Daniel !

Quand il y a 3 ou 4 courses à pied en montagne/trail le même week-end en Valais comme la semaine dernière, il est difficile de s'y retrouver.
On a l'impression que le sport est mal organisé, que chacun fait son truc dans son coin.
Jean-Claude 26.09.2014 18:40
Quand on voit des coureurs aligner des courses très longues, apparemment sans se fatiguer d'une semaine à l'autre, c'est aussi incompréhensible!
Quel que soit le niveau de performance, un corps doit récupérer des efforts fournis.
Pas dupe 16.09.2014 17:35
Vrai tout cela!
Et aussi vrai que vous êtes sans doute un des plus grands palmarès dans les sports d'endurance que la Suisse romande n'ait jamais connue.
J'aime bien vos analyses aussi, continuez!
J. Montandon 11.09.2014 19:10
C'est sympa de voir que des sportifs individuels (Jean-Daniel et toi) s'apprécient autant.
Et c'est particulièrement méritoire de faire de la compétition en ayant des activités professionnelles si prenantes.
Gilles 08.09.2014 10:14