Un ancien membre de l'équipe nationale sanctionné pour dopage

Stéphane Joly prend 2 ans

Deux ans pour Stéphane Joly

Stéphane Joly (SJ) a été sanctionné de deux ans pour dopage.

http://www.arcinfo.ch/fr/sports/athletisme/stephane-joly-suspendu-deux-ans-pour-dopage-2136-1191912

http://lqj.ch/sports/stephane-joly-suspendu-deux-ans

http://lqj.ch/question/stephane-joly-une-sanction-justifiee#comments

Pas une surprise

Une telle nouvelle n’étonne pas grand monde et réjouit tous ceux qui sont pour un sport propre. La veille des CS de course en montagne à Zermatt (probablement les plus relevés de l’histoire), en août 2005, j’ai croisé SJ à l’hôtel ; à ma grande surprise, il fanfaronnait sur sa forme et prédisait qu’il serait « très dur à battre ». A l’époque, il faut savoir qu’il était loin des meilleurs, à savoir Toni Jöhl, Bruno Heuberger et moi. Pendant la course, il fut effectivement très dur à battre : je gagnai en 1h07’40, 21 petites secondes devant SJ qui avait marqué la course de son empreinte en faisant la sélection. Je pense que la rage de ne pas m’avouer vaincu dans ces circonstances m’a permis de survivre à ses attaques et de le contrer dans le dernier km. Je me souviens qu’un grand adversaire m’avait fait part de ses doutes à son sujet lors de la distribution des prix, tout en me félicitant. César Costa, pour la petite histoire, avait terminé 13e (T. Ançay 6e). Aux mondiaux en Nouvelle Zélande de septembre un mois plus tard (où on me voit en photo) SJ fanfaronnait moins sur sa forme avant le départ. Résultats : je finis 9e en 57’13 (avec une chute en descente qui  m’a conduit dans un fossé), SJ en 1h00’35.

 

Mode d’emploi pour démasquer les tricheurs

Malheureusement, trop peu de tricheurs sont pris aux contrôles. Souhaitons que les nouvelles méthodes utilisées améliorent cette situation !

Personnellement, j’ai ma méthode pour les démasquer, me basant sur plusieurs critères :

1.Les courbes de performances délirantes (progression de 3 min par heure d’une semaine à l’autre)

2.Les déclarations des dopés, qui se sentent survoltés et invincibles une fois la potion magique prise, annonçant à l’avance leur victoire. On a vu ce genre d’attitude à des courses populaires réputées de chez nous en course de montagne ou en VTT par exemple.

3.Le cumul des compétitions lorsque les gars sont chargés, sans qu’ils ne montrent le moindre signe de fatigue malgré la répétition des efforts rapprochés.

 

Pas tous dans le même panier

Même si les cas de dopage avérés augmentent, il est faux de croire que tous sont dopés (peut-être en cyclisme ?). Il y a des athlètes propres et d’autres qui le sont pas. Le grand-public a peu de chance de faire la différence entre eux. Ceux qui suivent mon mode d’emploi arrivent à démasquer assez facilement d’autres coureurs, cyclistes ou skieurs alpinistes d’ici ou d’ailleurs qui sont passés entre les gouttes.

Sébastien

 

Bel article qui résume ce que je pense aussi. Juste un gros bémol : peut-être tous dopés en cyclisme ?

Peut-être surtout qu'en cyclisme, les contrôles sont plus appuyés. Et quid du cyclisme sur piste ? Du cyclo cross ?

Le cyclisme est, aujourd'hui, l'un des sports d'endurance parmi les plus propres avec l'athlétisme, d'après l'AMA et l'USADA...

Comme moi, cycliste de haut-niveau, vous n'aimez surement pas être associé au dopage. Merci de respecter le seul sport d'endurance aussi propre que le vôtre...

Salutations,
Éric
Chatel St Denis 04.02.2014 21:57
Bravo à vous. Une remarquable carrière et la défense d'un sport propre: vous êtes un des derniers Mohicans!
Les médias devraient plus s'intéresser à vous.
Meilleurs voeux
Puidoux S. 18.06.2013 08:49
Le probleme est que ceux qui ont trop l'ambition sont prêts à tout pour la gloire. Certainement Joly a voulu concurrencer Epiney en montagne et il n'avait aucune chance car Epiney a trop de talent. Après il a voulu concurrencer Belz sur la route mais là non plus il n'avait aucune chance. Le dopage est une tentation pour ceux qui veulent la gloire, c'est dommage. Il faut accepter être moins talentueux
M. Frey 14.06.2013 12:14
Bonjour M. Epiney,
Totalement d'accord avec vous. N'importe qui peut avoir des baisses de régime dues à la fatigue ou maladie et se louper à l'une ou l'autre occasion.
Par contre, personne ne peut "gagner" 3-4 min par heure en un rien de temps comme on le voit trop souvent. Je vous comprends donc parfaitement et suis convaincu que cela a dû être dur pour vous d'avoir observé cela chez certains de vos anciens concurrents sans pouvoir les accuser nommément faute de preuve avérée par un contrôle.
Après réflexion, il me semble compréhensible qu'un gars qui vient de se charger se sente des ailes au point d'être tenté d'annoncer ses performances à l'avance. Vous m'avez ouvert les yeux, merci.
Frédéric M. 10.06.2013 15:48
@Marco
Il n'est pas si facile de parler publiquement de dopage...
@Sébastien
Tout à fait d'accord, bien vu, sauf que je rajoute que le risque est amplifié lorsque les gars n'ont rien à perdre car sans bon job ou sans perspective. C'est le cas de Joly qui n'a pas même de formation autre que l'école obligatoire. Quel sportif qui a une bonne réputation dans un autre domaine, professionnel par ex, prendrait le risque de se doper?
coureur jurassien 08.06.2013 09:01
C'est tellement vrai ce que tu écris. Pourquoi d'autres valaisans (Troillet, Ecoeur, Anthammaten, Ançay, etc.) ne te soutiennent-ils pas publiquement? Ont-ils qqch à se reprocher? Ou bien sont-ils jaloux de tes succès ?
En tout cas, cela fait plaisir de voir qu'il y a encore des sportifs qui combattent activement le dopage: l'anecdote sur Joly est riche d'enseignements.
Marco de Sion 08.06.2013 00:50
Intéressante anecdote! Merci.
Coureur d'Anzère 07.06.2013 18:23