Bilan et perspectives

Deux sports: des similitudes et des différences

 On m’envoie souvent des questions par email, que je ne publie pas immédiatement sur mon site, préférant y apporter des réponses plus circonstanciées.

Ci-après une série de réponses à vos questions récentes. La prochaine série concernera les courses populaires.

 Le sport que je préférais pratiquer en compétition 

Clairement la course à pied, je suis né avec « les baskets aux pieds » : à 7 ans ma première compétition, à 10 ans un premier titre de champion suisse en écolier.

J’ai découvert la peau de phoque à 34 ans, la compétition en Verticale un an plus tard, celle de ski alpinisme deux ans plus tard. Trop tardivement pour s’y sentir vraiment à l’aise.

En Ecolier, puis lors des Championnats du Monde (ici en Nouvelle-Zélande)

Les concurrents suisses les plus redoutables en course de montagne

Toni Jöhl et David Schneider. Alexis-Gex Fabry aussi, souvent transcendant avant sa semi-retraite lors  des grandes occasions. Depuis 2003, aucun titre national n’a échappé au trio Jöhl, Epiney et Schneider. J’ai gagné la plupart des courses disputées ces dernières années; depuis mon retrait cet été, David domine nettement la discipline au niveau suisse.

Les déceptions en course à pied

Quelques soucis de santé qui m’ont gâché l’une ou l’autre course.

Le dopage qui a atteint la discipline.

Le fait de ne pas avoir assez eu la possibilité de découvrir d’autres compétitions, à l’étranger comme en Suisse : j’avais prévu de courir au Rigi pendant que se déroulait Sierre-Zinal cet été, mais mon opération m’en a empêché.

Le futur de la course de montagne

Bel avenir, je pense. Aux CM, il y a de bons athlètes de tous les continents : l’an dernier, le champion du monde était ougandais et son dauphin érythréen ; aux CE, j’obtins le bronze derrière un turc et un italien.

De plus en plus de pays organisent des épreuves attractives. J’ai gagné des courses qui réunissaient 1000 participants et dont peu de personnes connaissent l’existence en Valais. C’est dire si l’offre est devenue riche.

Les meilleurs skieurs alpinistes suisses des dernières années 

Chronologiquement Rico Elmer (champion du Monde en 2004), puis Alexander Hug, puis Florent Troillet.

Malgré quelques succès de prestige, je n’ai jamais eu leur niveau à cause de mes carences techniques (manipulations, descente, matériel) et du manque de temps pour les corriger.  

Les meilleurs suisses en Verticale Race 

Je pense avoir été le meilleur suisse pendant plusieurs années dans cette discipline: entre le 1er mars 2005 et janvier 2009, seul Alexander Hug m’a précédé une fois, lors des CS 2006. Puis j’ai enchaîné une belle série, avant d’être détrôné par Florent aux CS 2009 : avec un matériel aussi performant que le sien ce jour-là, je suis persuadé que l’issue aurait été différente; je l’avais précédé à six reprises consécutives en Verticale Race, dont 3 championnats, lors des hivers précédents.

Les déceptions dans ce sport 

Aux européens et mondiaux de Vertical, j’ai terminé 3x dans le Top 5 et 5x dans le Top 10. Mes classements auraient cependant pu être meilleurs si le fair-play était plus présent (le cas Blanc l’a démontré). J’ai donc appris à relativiser, mais il n’a pas toujours été facile de digérer les injustices.

L’avenir du ski-alpinisme

La Suisse possède des jeunes très talentueux, comme Alan Tissière, Werner Marti ou Jennifer Fiechter. Je suis moins optimiste pour le développement général de ce sport, qui reste confiné à des régions bien précises. La plupart des grandes stations alpines ne s’intéressent pas à y organiser des évènements, ce qui n’arrange rien.

Sébastien

 

Impossible pour moi de répondre concernant les motivations des autres, donc pas non plus pour F. Troillet.
Pour ce qui vous concerne, je conseille simplement de faire du sport pour le plaisir qu'il procure par l'effort et les panoramas que l'on traverse. Dans ce sens, la compétition n'est pas du tout obligatoire pour avoir du plaisir!
Parfois, j'effectue des parcours tests en tentant d'approcher mes meilleurs temps: se mesurer à soi-même est finalement la plus saine des compétitions!
Sébastien 31.12.2010 16:28
Bonjour,
Avant tout je voudrais te feliciter pour ton parcour et surtout pour avoir toujours lutter contre le dopage!! J'ai maintenant 26 ans et ça fait à peine 3 ans que je fait de la competition de haut niveau, faisant du cyclisme l'été et du ski alpinisme l'hiver depuis l'année dernière. Je me suis tourné vers le ski alpinisme parce que j'étais degouté du niveau de dopage chez les amateurs en cyclisme. Néanmoins j'ai pu constater que le ski alpinisme est lui aussi trés touché par le dopage!! raison pour laquelle j'envisage de stoper definitivement la competition en fin d'année. Ma question est juste de savoir, si jamais tu peux y répondre, pourquoi F. Troillet a t'il stoper la competition à 29 ans, alors qu'il était un des meilleurs du monde de la discipline. Son choix est-il lié au dopage? où plus concrètement aux controles anti dopage??

Cordialement,

David
david 31.12.2010 15:15
Merci Sebastian pour ces informations. Et félicitations pour ta carrière et ton fair-play!
Bon training
Bernhard 20.12.2010 10:03