Bravo Yannick

Noah courageux

«  La meilleure attitude à adopter est d’accepter le dopage », a signé Yannick Noah dans le Monde du 19 novembre dernier.

 Je trouve absolument consternantes les prises de position « anti-Noah » qui ont surgi suite à ses déclarations qui fustigeaient, entre autres, le sport espagnol. Noah fait la quasi-unanimité contre lui… alors qu’il brise une énorme hypocrisie et dit tout haut ce que beaucoup pensent tout bas. Le directeur du laboratoire suisse antidopage, Martial Saugy, l’admet à demi-mot : « Faire comprendre les enjeux de la lutte antidopage s’avère plus compliqué dans certains pays, dont l’'Espagne. » (Le Matin du 22 novembre). Le plus énervant dans tout cela, c’est l’hypocrisie des médias sportifs.

Un manque de volonté qui tue le sport

Le manque de moyens pour les contrôles antidopage signifiera bientôt la fin du sport de compétition, car il sape sa crédibilité.

Premièrement, il n’y a pas assez de contrôles antidopage ; deuxièmement, les contrôles ne sont pas assez efficaces, lorsqu’ils sont organisés ; troisièmement : la politique antidopage diffère de pays en pays (« Il est vrai que certaines affaires retentissantes ont démontré que des fédérations nationales en Espagne peinaient à appliquer les règles de l’AMA », de Martial Saugy dans le Matin du 22 novembre.).

Loin des « vrais résultats »

L’exemple espagnol est symptomatique mais le problème du dopage doit être appréhendé bien plus globalement. Comme je l’ai souvent dit et écrit, je suis convaincu que, sans dopage, certains classements aux mondiaux de ski-alpinisme ou dans les compétitions prestigieuses de course à pied de montagne auraient été bien différents ces dernières années. Si j’ai avancé ma retraite de la compétition alors que je continue à m’entraîner comme auparavant, c’est d’abord et surtout pour cette raison ! Combien, aussi des jeunes talents, arrêtent pour cette raison ?

Trop de faux champions

En lisant les réactions aux déclarations de Noah, on s’aperçoit que les gens trouvent préférable de protéger les tricheurs contre eux-mêmes (« le dopage est très dangereux pour la santé ») plutôt que soutenir les honnêtes concurrents contre les malhonnêtes ! Cela me fait penser à l'interdiction de la fumée dans les lieux publics : que les fumeurs ruinent leur santé par leur drogue relève de la responsabilité individuelle ; par contre, il est inacceptable que la fumée nuise à autrui. De même, il faut promouvoir l'interdiction du dopage non pour protéger les dopés contre leur propre turpitude (ceux qui se dopent n'ont qu’à en subir les effets sur leur santé), mais bien pour rétablir l'égalité des chances dans la compétition car normalement ce sont les plus talentueux, et non les dopés, qui devraient être récompensés

Noah a parfaitement raison de pointer du doigt un problème qui ruine la compétition : soit on se donne les moyens de lutter efficacement contre les tricheurs à la potion magique (c’est la position que j’ai toujours défendue avec vigueur), soit on permet à tous de la prendre avec des morts sur la route. Aujourd’hui, bien trop de mules se transforment périodiquement en étalons et l’essence du sport s’en trouve bafouée.

Sébastien

 

 

 

 

C'est vrai qu'il y a des jeunes espoirs en ski alpinisme qui ont arrêté, dégoûtés, alors qu'ils avaient du talent.
Jean 05.12.2011 15:04
Je pense que Sébastien comme Yannick Noah a plus d'une corde à son arc! Les régionaux qui sont tombés dans la marmite avant SZ n'ont que sport dans leur vie, ce qui peut aussi expliquer qu'ils soient tenté par la potion magique!
David 29.11.2011 20:30
Bravo aussi à Epiney d'avoir régulièrement dénoncé les potions magiques dans les courses régionales: il n'y a que les aveugles qui ne peuvent voir, aussi je me pose la question de savoir pourquoi les voyants, à part Epiney en Romandie, ne dénoncent pas les tromperies...
Stéphane 29.11.2011 12:04
bravo yannick en effet, enfin quelqu'un qui ose dire les choses franchement ça fait bien plaisir même si son avis est loin de faire l'unanimité il y a un début à tout :)
brice 29.11.2011 00:10