Patience et persévérance

Et de petits gestes utiles

A l’heure du triomphe des adeptes du dopage au détriment des gens honnêtes, rappelons que des gestes simples peuvent améliorer la performance.

 

Un peu d’histoire personnelle

Quand je courais en junior, je m’entraînais 5 à 6 fois par semaine et pesais 58-59kg pour 176cm : à peu près le même gabarit que les africains, les meilleurs coureurs du demi-fond prolongé.

Après une longue pause en course à pied et la pratique de disciplines sportives basées sur la force et la puissance, dont la musculation, je pris 15 kilos en une bonne dizaine d’années. Incompatible avec la course à pied. Il a donc fallu faire quelques sacrifices, notamment pour revenir à un poids adapté à ce type d'effort.

 

Pour perdre du poids

Deux mesures principales furent prises :

1.  La reprise progressive de l’entraînement d’endurance et, parallèlement, l’abandon de la force dans les salles de fitness : mon poids passa alors en une année à 67kg dans un premier temps (mon max fut mesuré à 75 kg à l’époque).

2.   L'adaptation de la nourriture : un peu de légumes alors que je n’en mangeais presque jamais auparavant, apport de jus de fruits pressés tous les matins, en mixant 3 à 5 pièces à chaque fois (des oranges, citrons et bananes, parfois avec des pamplemousses, fraises ou abricots) et consommation de tous les produits laitiers (yaourts, beurre, lait, fromage) maigres (à 0.1 et 0.2%).

Cette seconde mesure avait pour but d’équilibrer un peu mon alimentation : en étant très gourmand, en vivant seul et en ne passant que peu de temps derrière les fourneaux, il aurait cependant été possible de faire mieux de ce côté-là…

Avec ces deux mesures, mon poids passa à 63 kg environ, mon poids de forme de ces dernières années.

 

Pour améliorer encore la performance

3.   L’augmentation de la consommation de liquide, essentiellement de l’eau, qui est passée de 3-4 à 5- 6 litres par jour environ : entre 0.5 et 1 l au lever (eau + jus de fruit + boisson chaude), 2 l d’eau régulièrement ingurgitée pendant la journée, 0.5 l avant ou pendant chaque repas et 1 l environ après chaque entraînement. En fonction du volume d’entraînement et de son intensité, cela signifie entre 5 et 6 l par jour. 

4.   Parallèlement, j’ai bénéficié de massages bienfaiteurs auprès de Medsport Thérapie SA à Sion, ce qui m’a permis de prévenir les blessures et de durer au plus haut niveau même à 40 ans.

 

Prédispositions, patience et persévérance

Pas de miracle pour les gens honnêtes. Entraînement adéquat, nourriture équilibrée, apport substantiel d’eau et des massages de récupération : une combinaison efficace pour l’amélioration « naturelle » et progressive de la performance, quelles que soient ses prédispositions (potentiel régional ou international).

Grâce à une hydratation optimale et de bons massages, j’ai aussi certainement pu éviter bon nombre de blessures et coups de fatigue, tout en étant compétitif en permanence ou presque.

Conclusion : les sportifs honnêtes doivent faire preuve de patience et de persévérance lorsqu’ils désirent progresser, les sauts de qualité spectaculaires dans les sports d’endurance n’appartiennent qu’à ceux qui recourent à des moyens illicites.

Sébastien