Pierra Menta : une victoire qui fait plaisir

Dennis Brunnod et Manfred Reichegger ont gagné la Pierra Menta, ex aequo avec une jeune équipe italienne. Un triomphe mérité.

 Sur le dernier sommet de cette course de 4 jours, Reichegger aurait aidé Mateo Eydalin, adversaire pour la victoire finale, qui a semble-t-il perdu son ski en accrochant son sac. Très sportivement, Reichegger l'aurait alors aidé à l'accrocher. Ce geste, d’apparence anecdotique, est hors du commun dans un monde sportif qui privilégie les résultats à la façon de les obtenir…

 Cet épisode sportif m’amène à plusieurs commentaires :

  • le dopage s’est introduit dans bien des sports, dont dans le ski alpinisme, mais il demeure des athlètes de haut niveau qui sont des exemples de fair-play
  • le nationalisme, exacerbé par les médias et portant les sportifs comme des sauveurs de la nation, m’irrite profondément : en l’occurrence ce sont deux italiens que je respecte qui se sont imposés
  • si la considération que je porte à certains athlètes ne s’arrête pas aux frontières de mon pays, il existe à l’inverse des sportifs suisses de divers sports qui n’ont pas mes faveurs
  • en course à pied j’admire, par exemple, autant le comportement que les performances de l’éthiopien Haile Gebreselassie, de son compatriote (qui vit à Lausanne) Tolossa Chengere, de l’italien Marco De Gaspari ou du mexicain Ricardo Mejia
  • dans le ski j’apprécie plus la discrétion de Carlo Janka (ou de Daniel Albrecht) à la visibilité exagérée d’un Didier Cuche, malgré ses mérites, plus l’humilité d’Ivica Kostelic (ou de Beni Raich) aux extravagances de Bode Miller
  • en ski alpinisme je n’ai jamais goûté au comportement de Patrick Blanc et de ses acolytes, mais au contraire toujours porté un regard respectueux sur Florent Perrier, Dennis Brunnod, Manfred Reichegger et bien d’autres.

 

 Les voir remporter la Pierra Menta me fait particulièrement plaisir. Tous les trois, avec Florent Perrier également sur le podium de l’épreuve cette année, ont dominé le ski alpinisme mondial pendant plusieurs saisons, en brillant autant par leur régularité que par leur attitude, toujours correcte et courtoise. Ils s’expriment peu (mais bien), ils ne courent pas après les médias, mais les résultats parlent pour eux. Bravo à ces champions!

Sébastien