Renforcer la lutte

Démasquer les tricheurs pour protéger les sportifs honnêtes

Le spectacle avant tout

J’ai demandé à un bon copain qui fait partie du comité de la course de Noël à Sion si cela ne le gênait pas d’avoir des participants traînant des affaires de dopage derrière eux (par exemple : Elisa Desco qui a subi 2 ans de suspension pour usage d’EPO et Stéphane Joly qui est sous le coup d’une procédure) :

http://lqj.ch/sports/un-profil-sanguin-suspect-pour-stephane-joly

Sa réponse: « tu sais, nous on s’en fout, on veut du spectacle et le reste n’est pas notre problème ». Un résumé de l’opinion publique ? Peut-être. Si c’est le cas, il faudra éduquer notre société en panne de repères. Et je reste persuadé que le sport court à sa perte avec une telle attitude.

 

Sierre-Zinal encore

Fini le temps des Vigil, Correa, Sanchez, Meija, Burns -  et bien d’autres - qui faisaient partie de l’élite mondiale en course de montagne et dominaient par conséquent logiquement cette épreuve : je n’ai jamais eu le moindre doute sur ces authentiques champions. Malheureusement, on  voit depuis des années des résultats farfelus à cette course notamment avec des coureurs de la région. Lorsque que je l’ai compris, j’ai renoncé à cette course, pourtant celle de mon enfance. Après Christian Charrière, nouveau cas avéré de dopage l’été dernier, qui touche le 46ème de la catégorie élite cette fois, Michael Morand :

 http://www.antidoping.ch/fr/general/blog/archive/2012/12/19/michael-morand-course-a-pied-suspendu-pour-six-mois.html

La bonne nouvelle : désormais cette course intéresse Antidoping Suisse. Un espoir donc.

 

Lance Armstrong

Confondu par les preuves et acculé, il finit par avouer. Que retenir ? Que les dopés de son espèce se chargent avec tout l’arsenal à disposition (EPO, hormones de croissance, transfusions, cortisone, testostérone, etc.) ; que les instances dirigeantes du vélo et les médias sont complices de ce système basé sur la tricherie ; que même les scientifiques sont obligés de « négocier » avec eux tant ils ont peur des procédures juridiques alors même que certains échantillons sont indubitablement positifs pour eux ; que les milieux dirigeants du cyclisme et les journalistes sportifs ressassent  toujours les mêmes mensonges en prétendant que la triche appartient au passé. Comme si tout cela n’existait plus. 

 

Mauvaise réputation pour le Valais

Plusieurs sources mentionnent l’existence d’un réseau de « sportifs » valaisans consommateurs d’EPO. Il y a même des articles de presse en Suisse alémanique à ce sujet. Quand seront-ils démasqués ? Il faut protéger les athlètes propres qui sont les premières victimes.

 

Beaucoup de chemin à parcourir

Les polémiques à répétitions confirment que bon nombre de fédérations, d’organisateurs et de parties prenantes protègent leurs athlètes, croyant défendre ainsi leurs intérêts. Ce n’est pas le bon chemin, parce qu’en procédant ainsi la crédibilité de certains sports disparaît progressivement : à terme, un spectateur privilégiera à coup sûr l’authenticité à la tromperie. Ces vilaines affaires mettent aussi en lumière les failles d’un système antidopage manquant cruellement de moyens et de stratégie. Les rois de l’entourloupe en profitent. Il reste décidemment un très long chemin à parcourir avant que la lutte antidopage n’effraie les tricheurs !

Sébastien

 

Bonjour,

Précision importante: Christian Charrière n'a jamais été condamné de façon définitive pour avoir été dopé. A Sierre-Zinal, il a refusé de se soumettre au contrôle, dans la mesure où il estimait ne pas avoir été tiré au sort et être l'objet d'une "chasse aux cyclistes professionnels". Une vive dispute est alors survenue entre le contrôleur et ce sportif pour cette raison. Sa réaction à Sierre-Zinal due à sa trop grande impulsivité et peut-être à la fatigue (comme certains l'ont dit sur le net, Christian Charrière n'est pas un grand sportif:-)) n'était certes pas des plus raisonnables, mais on ne saurait en conclure qu'il s'était dopé. Christian Charrière n'était évidemment pas dopé. Finir 5ème à Sierre-Zinal constitue une chouette performance sportive mais qui n'a malheureusement absolument rien d'extraordinaire et ne nécessite donc pas d'être dopé pour y parvenir. Merci de ne pas répandre de tels propos calomnieux, susceptibles de faire l'objet d'une plainte pénale, sur le net:-).

Une personne très proche, qui le connaît depuis plus de vingt ans, qui s'oppose bien évidemment à toute forme de dopage et dépendance (alcool, médicaments, drogue etc.) et qui salue les performances de cet ancien sportif professionnel, même si elles restent modestes.
Virginie Fragnière 29.07.2016 16:52
Fabien n'a pas encore compris que ce n'est pas parce que des coureurs de niveau régional ont été contrôlées 2 ou 3 fois de toute leur vie en étant négatives... qu'elles n'ont pas triché pour autant! Les régionaux n'appartiennent à aucun groupe de contrôle, donc sont très peu contrôlés, et peuvent passer par conséquent facilement entre les gouttes... Le Grand Raid et Sierre-zinal ont souvent livré des résultats bizarres avec des coureurs romands et valaisans transfigurés par rapport à ce qu'ils montrent habituellement. Certains ont été pris malgré le peu de contrôles de ces courses(Paradis, Charrière, etc.) et d'autres ont été plus chanceux. Il y a des athlètes de très haut niveau qui boycottent ces courses précisément parce qu'ils savent ce qui s'y passe. C'est triste pour ces champions, triste pour ces courses et triste pour ces sports en général. Si personne ne dénonce ces pratiques connues, où irait-on? Alors Merci Sébastien!
Daniel 27.02.2013 08:52
Pour en revenir à ce que j'ai dit plus bas (et qui suscite de nombreuses réactions!), je ne suis pas du tout contre la lutte anti-dopage, bien au contraire, et je tire mon chapeau aux personnes qui tentent de dénoncer ce monde qui a déjà bien trop d'avance sur nous! Je ne pense pas non plus que le Valais est épargné, malheureusement.

Par contre, qu'on arrête d'accuser à tort les personnes qui ont été contrôlées négatives (et sûrement plusieurs fois!), et qu'on cherche ailleurs !!!
Fabien 26.02.2013 13:54
Moi j'admire Seb et lui tire mon chapeau. Déjà lorsqu'il courrait il luttait grâce à son talent et son intelligence de course contre des gars pros et certains dopés.
C'est méritoire qu'il continue à défendre ses valeurs de sport propre, alors que ses centres d'intérêts se sont déplacés.
Avec la réussite qu'il a, il est évident qu'il se trouvera toujours l'un ou l'autre complexé à l'envier.
Plein succès
David Z. 09.02.2013 15:12
Le doping sert à compenser le manque de talent de compétituers qui n'y arrivent pas autrement, malgré tout l'entraînement! Et il est évident que des talents bruts comme Sébastien Epiney ne peuvent pas l'accepter car comme d'autres sportifs honnêtes il a dû être "volé" et ça doit être un sentiment vraiment douloureux.
Moi je constate avec tristesse les courbes de performances "illogiques" de certains athlètes, qui s'améliorent ou s'empirent de 3-4 min par heure en un rien de temps. Et les explications mensongères sont toujours les mêmes "je m'entrâine très dur", comme si les concurrents ne s'entrâinent pas!!!
Les solutions ne sont pas simples, mais elles passent certianement par une intervention de la police du trafic des stupéfiants, et des peines beaucoup plus sévères (emprisonnement) qu'actuellement.
S. Schmid 08.02.2013 15:32
Je ne me permets pas de tutoyer qqn ("Julien")qui écrit de manière anonyme. Ma réaction:
1. Vous soutenez l'idée que la fin justifie les moyens, c'est justement ce que je condamne puisque je défends le respect des règles. Des mulets qui se transforment en pur-sang par une prise d'EPO ou de transfusion sanguine ? Jamais je n'approuverai!
2. Vous déformez mes propos (réponse à Ben). J'ai écrit ceci: " c'est très différent dans la vie de tous les jours: il n'y a aucun véritable classement dans le quotidien des gens". Qui est champion du monde en banking, en philosophie, en éducation, en maçonnerie, en jardinage, etc.?
3. Vous ne connaissez pas ma profession que vous pensez "facile et tranquille", alors que les postes de directeurs de destination touristiques font partie des plus exposés, avec un nombre de licenciements (notamment pour manque de résultats) que vous ne trouverez que dans peu de métiers: pas une raison pour prendre de la coke!
4. Jamais je n'ai pensé que l'on eradiquera un jour le dopage, mais j'ai bon espoir que de plus en plus de tricheurs seront punis par les instances sportives, mieux par les instances judidiaires grâce aux enquêtes policiaires. Sans parler des ennuis de santé qui peuvent assaillir les dopés jusqu'à les faire mourir.
Sébastien 07.02.2013 19:03
Je pense que Julien n'a pas compris la différence entre penser et souhaiter.

S'il était interdit de tendre vers des idéaux au motif qu'ils ne seraient pas pragmatiques ou réalisables, autant baisser les bras et vivre comme des sangliers dans leur bauge, se rouler dans la boue, se goinfrer de maïs, forniquer pour se reproduire et ne faire preuve d'aucune réflexion (désolée pour les amis des porcins, tant il est vrai qu'ils sont nombreux).

Et l'omniprésence de la triche dans la vie justifierait-elle celle d'une pratique (le sport) dont les valeurs se veulent être, historiquement, exemplatives pour la jeunesse? On ne comparerait tout de même pas les sportifs à des banquiers cokés qui ne vendent que des miroirs aux alouettes?

De qui se moque-t-on? Où va-t-on avec des messages pareils?

Halte au nivellement par le bas et à la démission des idéaux et valeurs: le message de Julien traduit une certaine léthargie qui doit être vivement combattue!

Bravo Sébastien, et courage dans ta lutte!!!
Coup de gueule 07.02.2013 17:25
Salut Sébastien,

J'avoue que ton combat contre le dopage est admirable, quoique totalement inefficace, car il se résume à des critiques (sans en avoir toujours les preuves) sur un blog régional.

Mais en étant réaliste, je te trouve, toi et tes 'admirateurs' plutôt naïf de penser que le dopage prendra fin un jour dans le sport.

A ce propos, j'ai lu dans une de tes réponses (à Ben) qu'on ne se dopait que dans le sport. Là encore, c'est une vision extrêmement naïve de la société. Possible en effet que dans ton travail, la vie est facile et tranquille, mais sache que dans de nombreux métiers on demande toujours plus de performance et... ho surprise... là aussi on se dope (la cocaïne est d'ailleurs un excellent stimulant pour de nombreux managers).

Pour en revenir donc au sport, qui est le métier de nombreux athlètes de haut niveau, et donc leur gagne-pain, il est compréhensible(même si c'est interdit) que de nombreuses personnes 'stimulent leur corps' pour être au sommet et donc obtenir de plus gros salaires.

Enfin, bonne chance quand même...
Julien 07.02.2013 16:52
Si je ne peux qu'approuver Sébastien dans son combat contre les tricheurs, je souhaite toutefois relativiser certains des exemples cités dans son article:
- un coureur ayant été suspendu et effectuant son retour après une période de suspension a le droit de courir. Du moment où l'on ne prononce pas de suspension à vie (la question peut se discuter), il n'y a pas de raison de condamner un athlète "à mort" pour son passé et ce même si - j'en conviens - il n'est pas certain qu'il ne remette pas ça;
- un coureur soupçonné l'est rarement par hasard. Il n'empêche: tant qu'il n'est pas sanctionné, il doit être considéré comme innocent et n'a donc pas à être interdit de course au seul motif qu'une enquête a été ouverte contre lui (présomption d'innocence). Le contraire amènerait à une victimisation des tricheurs et par conséquent à une décrédibilisation de la lutte antidopage.

Cela étant dit, je ne peux qu'approuver les propos de Sébastien quant à l'affaire Armstrong, la (non) volonté de certains dirigeants et le manque de moyen de la lutte antidopage. Il est d'ailleurs regrettable que le milieu de la course sur route, faussement qualifié de "course populaire", soit si peu contrôlé par Antidoping suisse. Tout ça essentiellement pour une question de coût.

En guise de conclusion, quelques statistiques consultables sur le site internet de la Fédération Internationale de tennis (FIT): en 2010, les autorités antidopage y ont procédé à 72 contrôles sanguins en compétition chez les hommes - uniquement lors des tournois du Grand Chelem -, et à 58 en 2011, plus 18 hors compétition. Oui, vous avez bien lu: seulement 18 hors compétitions pour l'ensemble des tennismen... De quoi légitimement se poser des questions.
Frédéric 07.02.2013 09:21
Le commentaire de Fabien montre que le dopage pratiqué en Valais a de "beaux" jours devant lui
Jean-Marc 06.02.2013 10:02
Il n'a rien compris le Fabien ou quoi? La tricherie n'a pas de frontière: un article dans le Neue Zürcher Zeitung de décembre dernier mentionne clairement l'existence d'un réseau de dopage en Valais. Et un autre dans le Berner Zeitung aussi.
De plus, il faudrait plutôt encourager Sébastien dans la lutte antidopage que de lui chercher des poux.
Mais c'est vrai qu'il y a de quoi être jaloux de Sébastien: un des seuls sportifs de notre pays à avoir brillé dans deux sports différents, une situation professionnelle, une belle nana, de la réussite partout et des avis qui sont souvent plein dans le mille!
Mauvais sportif va!
Stéphane le coureur de montagne 05.02.2013 20:41
Pourquoi s'entêter à accuser certains coureurs valaisans alors que des contrôles (tous négatifs!) ont été faits. À la place de critiquer ces coureurs derrière ton écran, tu ferais mieux de soutenir ces sportifs qui représentent le Valais et qui s'entraînent très dur pour se faire une place dans l'élite international.
Fabien 05.02.2013 19:07
Pour le dopage dans le Valais Romand, je ne suis pas étonné: il y a des gars qui se chargent pour les courses de chez nous (Grand-Raid, PDG, Sierre-Zinal)pour un peu de prestige local...
J'admire ton obstination à t'être abstenu, malgré les pressions que tu as dû subir, à laisser de côté ces épreuves mais ne suis pas optimiste pour autant car les incorruptibles de ton espèce se font rares à mon avis...
A moins que la lutte antidopage que tu réclames depuis toujours s'intensifie???!!!
Daniel 04.02.2013 10:13
Effectivement, c'est désespérant de voir à quel point le dopage est présent, cautionnée et même soutenu.
Lire sur des blogs et réseaux sociaux que la position des Ançay, Costa et consorts qui se plaignent de devoir subir des contrôles (cela a valu 2 pleines pages dans le Nouvelliste de pleurnichage de leur part)rencontre du soutien de leurs amis... Cela donne juste envie de dégueuler.
Merci Sébastien pour tes positions qui sont les seules acceptables.
Sophie 01.02.2013 19:00
Salut Sébastien,

il effarent et pathétique d'avoir encore un tel raisonement face au dopage de la part d'un membre du comité de la course de Noel à Sion.
Dire que l'important c'est le spéctacle, c'est cautionner les dérives
qui en découle: dopage de jeunes sportifs, il y a 3 ans deux membres du vélo club d'Etupes en France étaient pincés à l'EPO,il s'agissait de deux cadets!! ( 14 et 15 ans )...et pour ceux qui disent qu'il n'y a pas mort d'hommes, je rappel que le nombre de décès du au dopage augmente au fil des jours, quelques exemples connus..Flo-Jo la recordwoman du 100m, Marco Pantani, Laurent Fignon et j'en passe...mort soit directement( cancer ) ou indirectement ( dépression ) si ça s'est le sport spectacle, moi et pas mal de mes amis sportives et sportifs n'en voulont pas.
je te remercie Sébastien de dénoncer ouvertement ce genre de pratique qui détruit le sport et ses pratiquants.
amitiés

Jack
Jack 27.01.2013 15:25
Du bist bravourös und mutig. Super, dass es noch solche Sportler gibt!
Beste Grüsse
Peter M. 24.01.2013 17:07
Oui, je suis tombé par hasard sur un article de la NZZ au sujet d'un réseau en Valais impliquant notamment des cyclistes et des coureurs à pied en montagne. Peut-être faudra-t-il que la police s'en mêle?
Mike 24.01.2013 10:06