Satisfactions après la compétition

Retour aux sources du sport

Inimaginable pour moi

Que dire aux nouvelles révélations concernant le sport de compétition (dopage couvert par l’Etat au Kenya et en Russie, tricherie technologique, escroquerie mécanique en cyclisme, corruption en football, etc.) de ces dernières semaines ? Simplement que cela dépasse tout ce que je pouvais imaginer. J’avais été un des premiers à pointer du doigt les pratiques dopantes de compétiteurs en ski alpinisme et en course à pied de montagne, mais encore aujourd’hui de nombreuses personnes de ces milieux pensent que les flagrants délits (cas avérés dans les 2 sports) ne sont que des accidents… La réalité, qui se dévoile chaque jour davantage, montre que l’ampleur des tricheries surpasse tout. Il existera toujours une masse d’irrécupérables suiveurs prête à défendre l’indéfendable, parce qu’il n’y a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir.

Tout n'est pas  "blanc" dans le sport ( ici le Mont-Blanc)

Beaucoup continuent à fermer les yeux

L’omerta qui règne dans ces milieux « sportifs » est telle qu’il est difficile d’y voir clair. Lorsque j’étais dans la compétition, un faisceau d’indices montrait que certains coureurs (une minorité) trichaient. Petit à petit, je compris « qu’avoir confiance, c’était bien » mais que « ne pas avoir confiance, c’était mieux ». Dans la compétition aujourd’hui, quel que soit le sport, on entend souvent un argument censé justifier les progressions extraordinaires et les exploits surréalistes (progressions tellement rapides et spectaculaires qu’elles en sont plus que suspectes) : « je me suis beaucoup entraîné, plus que l’an dernier, plus que les autres, 365 jours dans l’année, y compris le jour de Noël et de Nouvel An ». Comme si « les autres » se préparaient autrement ?

La pureté du sport avalée par la vague des tricheurs

Décodage

Ces messages fallacieux font croire que n’importe qui, en s’entraînant beaucoup, peut devenir un champion. Rien n’est plus faux : dans toute activité, il y a des gens plus talentueux que d’autres et seule une petite minorité peut atteindre le sommet en se préparant sérieusement et honnêtement. Des 2CV transformés en Ferrari ? C’est seulement possible par le dopage (et non par un entrainement tous les jours de l’année, alors que les concurrents s’exercent aussi au quotidien et par tous les temps). Le fait de dénoncer ces évidences et de rendre attentif à ce grave problème m’a valu beaucoup plus de détracteurs que d’amis.

En amour comme en amitié, la qualité de la relation importe plus que leur nombre...

Retour aux sources

Beaucoup de sportifs d’élite vivent mal l’après-compétition. Pour moi, c’est l’inverse. Est-ce parce que j’ai toujours travaillé à 100% et que le sport n’était qu’un hobby? Parce que je ne vivais pas du sport ? Parce que je n’avais pas ce besoin (maladif chez certains) de résonance médiatique à la suite des performances sportives, pour vivre pleinement les choses ? Parce que ce monde de la compétition, où se côtoient intègres et tricheurs, n’était pas tout à fait le mien ? Parce que beaucoup de compétiteurs, tellement obsédés par leurs résultats, ne voyaient rien d’autre d’intéressant dans la vie ? Qu’ils étaient prêts à tout, et même plus, pour atteindre des objectifs ? Je n’en sais rien, peut-être un peu de tout cela, mais je vis ma pratique sportive aujourd’hui avec un plaisir immense. Comme n’importe quel populaire passionné par la dépense physique. Mon hobby préféré en somme.

La victoire du bonheur vaut mille fois plus que tous les trophées...

Sébastien

 
Tout est juste dans ce post (comme dans les autres d'ailleurs...). Rien à rajouter si ce n'est que l'essence même du sport n'est-elle pas une confrontation d'homme à homme sur un même pied d'égalité afin de SE dépasser...La situation actuelle dans le monde de la compétition sportive n'est-elle pas le reflet de notre société actuelle: compétition effrénée, manque de respect du concurrent et j'en passe...
Merci pour ce partage.
raramuri 02.03.2016 09:10
En vous lisant, je retrouve les vraies valeurs du sport: merci!
Stéphanie 18.02.2016 18:25
Hello,
je me retrouve dans toutes vos interrogations et cela commence à ne plus me donner envie de pratiquer des courses ditent populaires car le niveau devient impressionnant.
M'entrainant de plus en plus juste au fil des années ( je pense ) et je suis toujours de plus en plus largué dans les courses et par des gens dont je ne comprends pas leur performance.
Merci de oser dire ce que certaines personnes pensent tout bas.
Mon avis : le sport même populaire est devenu malade et la peur de passer pour un blaireau pousse les gens à mettre en danger leur santé.

salutations et merci pour tout vos excellents articles.
Leoberrut 15.02.2016 14:05