Le spectacle des JO

Parfois enthousiasmant, mais pas toujours crédible

Enfant,  je regardais avec passion les épreuves d’athlétisme à la TV. Désormais, c’est plus rare. J’ai fait cependant une exception notoire pendant les JO.

 

J'ai regardé l'athletisme sur la BBC, avec des experts tous anciens RM ou champions olympiques. 

Le public britannique

Féru de sport et passionné, le public britannique est considéré comme l’un des meilleurs au monde : bruyant mais connaisseur et fair-play. A l’instar des stades de football à l’atmosphère unique, le stade olympique a vécu des soirées d’ambiance de corrida. Un gros bémol toutefois : les ex-dopés de retour après leurs suspensions (plus d’une dizaine dont par exemple Dave Chambers, Justin Gatlin, et Shawn Merritt) ont tous été applaudis !

Aux JO de Seoul,  Ben Johnson avait été exclu pour doping. Il se murmure cependant que d'autres finalistes du 100m étaient dopés ce jour-là... sans sanction!

Des performances exceptionnelles

Des héros -  personnifiés avant tout par Usain Bolt, David Rudisha (RM au 800m) et Bo Farrah (doublé d’anthologie 5000m et 10000m) -  ont réalisé des performances tout à fait extraordinaires. Les marathoniens ont couru au cœur de Londres, la ville la plus visitée de la planète, devant des foules immenses. Du spectacle donc.

Le talent a encore son mot à dire

Que dire du champion olympique russe du saut en hauteur, Ivan Ukhov, qui fut exclu du meeting de Lausanne il y a trois ans pour avoir été ivre au moment du concours qu’il n’a  alors pas pu disputer ? Il prend chaque hiver entre 15 et 20 kg et paraît lourd, pour un sauteur de ce niveau, même pendant les JO… Il égare son maillot pendant la finale du concours, saute par moments avec un maillot d’entraînement…  ce qui ne l’empêche pas de gagner facilement !  Un tel succès fait plaisir à voir, c’est probablement le succès du talent.

Mais le dopage est souvent plus fort encore

A l’inverse, quelle tristesse de voir toutes ces mâchoires manifestement déformées par les hormones de croissance et malheureusement si difficilement décelables aux contrôles ! De nombreux athlètes, aussi bien en athlétisme que dans d’autres sports, portent sur eux les stigmates du dopage. Les dentistes peuvent s’en réjouir, eux qui posent des appareils à ces athlètes adultes. Mais c’est très triste de voir de tels athlètes médaillés et applaudis, avec la connivence des médias.

 

 Exemple d'une championne olympique déchue: mais combien passent entre les gouttes?

Le cas Alex Schwazer

Champion olympique de marche sur les 50 km en 2008, l’italien n’a pas pu défendre ses chances, rattrapé par un contrôle positif à l’EPO quelques jours avant. Son histoire enseigne plusieurs choses :

1) une cure d’EPO d’une année pour la défense d’un titre olympique ne lui aurait coûté que 1500 Euros : ceux qui pensent qu’il faut être millionnaire  pour se doper en ont pour leur argent… ;

2) il assume seul, tout en affirmant que la pression due notamment à son statut de people (il est fiancé à la championne du monde de patinage artistique Carolina Kostner) en est la cause ;

 Conférence de presse douloureuse et pleine d'aveux de la part d'Alex Schwazer

3) il avoue avoir fauté volontairement et semble sincèrement regretter son comportement, notamment la triche et les mensonges permanents à son entourage pendant cette longue période, ce qui est plutôt rare. D’une certaine manière, cela le rend crédible.

 Sébastien

 

 

 

Hallo Sebastian
Du warst ein ausserordentlicher Athlet. Wie ich feststelle, bist auch ein scharfsinniger Analyst.
Vielen Dank für Deine News, die ich immer wieder mit grossem Interesse lese. Einfach super.
Schöne Grüsse
Peter 24.09.2012 08:51
Bonjour Sébastien,
Heureusement que le talent a encore son mot à dire! C'est grâce à tes prédispositions sans doute uniques que tu as pu performer au plus haut niveau dans deux sports différents, tout en ayant de lourdes responsabilités professionnelles. Mais c'est vrai que beaucoup compensent leur manque de talent par la pharmacie pour obtenir la gloire planétaire ou même régionale! C'est devenu un vrai problème de société chez nous.
Philippe M. 23.09.2012 08:29
Bravo, très percutant.
Quand on voit que les media demandent à Laurent Dufaux (4ème une fois au TDF) s'il souhaite obtenir une place sur le podium a posteriori suite au problème d'Armstrong, on se rend bien compte que le dopage est accepté par les journalistes: Dufaux faisait partie de la Festina au même titre que Virenque! Cela n'empêche ni l'un de commenter les courses à la télé, ni l'autre d'être régulièrement invité en VIP à des manifestations chez nous.
Le dopage est donc malheureusement cautionné par les journalistes et accepté par le grand public. Et les athlètes dopés plus populaires que ceux qui combattent le dopage. Triste!
Harry 21.09.2012 18:32
Très intéressant.
Merci
Benni 05.09.2012 18:45