Pas de KM Vertical ce week-end

Malheureusement, je ne serai pas au départ du kilomètre Vertical de Fully ce week-end.

 Convaincu de ma force sur ce type d’épreuve, très particulière au demeurant, j’étais très motivé à l’idée de me frotter aux meilleurs de la discipline sur le parcours de Fully. Surtout que celui-ci est, à ce qui se raconte, très propice aux records…

Pas le temps de me préparer

Trop d’obligations professionnelles ces dernières semaines, pas le loisir de prendre du temps pour me déplacer du côté de Fully à des heures décentes, vaine attente de l’appel de Pierre Bruchez (ah le coquin !) qui devait me montrer le parcours : à mon grand regret je ne serai donc pas de la partie. Sans reconnaissance, pas de compétition. Dommage, car les jambes fourmillent, la forme est là, la motivation de m’attaquer à un record que je sens possible présente…

Le record de 31’52 est battable

Le record de Kilian Jornet est-il extraordinaire ? Non, je ne le pense pas. Le dénivelé du record représente 1’883m/h, soit 31,38m de dénivelé par minute. Belle performance, mais pas hors de portée.

Lors de mes séances d’entraînement les plus dures je réalise parfois mes séries en montant les pistes de ski en ligne droite : je dépasse alors allègrement les 30m/min, atteignant parfois les 34m/min, sur des séquences courtes, mais répétées, de 3 ou 4 minutes.

Dommage pour le Km Vertical: j'aurais bien aimé démontrer ma force sur un terrain très raide et... régulier

A terme sous la barre des 30 min ?

Si les meilleurs coureurs de montagne au monde se préparaient spécifiquement pour l’occasion, je pense qu’un rythme de montée au-dessus de 1900m/h, voire de 2000m/h, serait nécessaire pour l’emporter. Cela correspondrait alors à un temps final autour ddes 30min, voire en dessous. Moins de 31 min me paraît en tout cas accessible.

Bonne chance à Pierre 

Malgré ma remarque liminaire je n’en veux pas à Pierre Bruchez, cet athlète talentueux et si sympathique. Nous nous sommes croisés trois fois cet été (lors de mes victoires à Plan-Névé, aux Combins et au Vélan) et sans doute s’est-il dit que cela devait suffire...

Sans rancune, bien au contraire, je lui souhaite de tout cœur de triompher chez lui. Bonne chance coquin !  

Sébastien

Ok merci quand même et bonne fin de saison.
A bientot
Damien
dam 27.10.2009 20:52
En sport comme dans la vie il n'y a pas de vérité absolue. Les prédispositions ne sont pas les mêmes entre les individus et il faut savoir l'accepter.
Je me rends toujours aussi disponible que possible, à partir du moment où cela part de bons sentiments.
Je ne peux ni te confirmer ni t'infirmer pour la force. Ce que je peux t'affirmer, c'est que je ne pratique pas d'entraînement musculaire autre que celui de l'exercice sur le terrain. Mon impression est la suivante: un frein musculaire (brûlures aux mollets ou aux cuisses par exemple) peut se réparer par un travail adapté en salle ou sur le terrain (car la répétition des effort finit par habituer les muscles); le frein principal que je constate chez moi, sauf quand je suis pris de douleurs gastro-intestinales comme il m'arrive parfois, est le moteur qui parfois ne développe pas assez de puissance à mon goût...
Concernant la technique de course en pente raide j'ai fait un ou deux essais (petits pas à haute fréquence, marche rapide, etc.) sans résultat concluant autre que celui de ne me pas me poser de question et de courir sans réfléchir, naturellement.
Désolé de ne pas réussir à être plus précis...
Sébastien 27.10.2009 20:11
Ok un grand merci pour cette réponse je pense que tes pré dispositions sont incroyables au niveau du sommeil et le peu de besoin de séance de qualité (moi j'ai besoin e sommeil et de qualité). Pour en revenir à ma question sur la force c'est qu'en fait en km vertical je n'arrive qu'à faire de tous petits pas je mets une bonne fréquence mais ce n'est pas efficace pour moi ce serait un pb de force pourrais tu me confirmer? Merci pour ta disponibilité, j'imagine que ca fait parti de l'humilité.
dam 27.10.2009 16:40
Salut Damien,

Oui, vraiment dommage pour le km Vertical. Concernant tes questions:
a) force à la montée: enfant déjà j'avais de très bonnes dispositions en côte; quand j'ai repris l'entraînement après ma longue pause, par contre, je peinais dans les secteurs les plus raides. Pour corriger ce manque je me suis de + en + entraîné en montée (retour avec la télécabine) et j'ai perdu les 3 ou 4 kilos superflus que j'avais à l'époque. La force se développe avec l'entraînement "sur le terrain": course de côte, parfois très en pente, l'été, avec un complément vélo ou vélo d'appartement. L'hiver: ski-alpinisme, toujours en montée donc, et vélo d'appartement.
b) talent + environnement + plaisir + sommeil + discipline + expérience + confiance en soi + humilité + sagesse.
Talent : merci à mes parents!
Environnement : je m'entraîne le plus souvent entre 1300m et 2300m, sur des chemins de montagne plutôt casse-pattes.
Plaisir : j'adore courir et faire du sport pour lui-même, sans avoir besoin de la compétition qui est un plus.
Sommeil : je n'ai pas besoin de plus de 6h-6h30 de sommeil par nuit pour être bien, ce qui me permet de combiner travail à 100% et sport. De plus, j'ai la chance de pratiquer une activité professionnelle qui n'est pas du tout physique.
Discipline : je mange beaucoup mais pour maintenir mon poids de forme
je fais attention aux graisses, que je limite, ainsi qu'aux sucreries, que je limite aussi. C'est parfois difficile!
Expérience : je m'entraîne moins et surtout moins durement que la plupart de mes concurrents; mon corps est ainsi fait que je progresse lorsque je favorise les séances lentes et que les sessions dures m'épuisent si j'en fais trop souvent.
Confiance en soi : lors des 34 dernières semaines, soit depuis le 1er mars 2009, j'ai effectué 16 entraînements durs (càd en dépassant le seuil). Cela peut paraître très peu mais il faut y ajouter les 11 compétitions pendant la période. Autre exemple: j'ai défendu mon titre de Champion suisse le 20 juin, soit plus de 8 mois après ma dernière compétition de course à pied et 15 semaines après ma dernière course hivernale.
Humilité : avoir conscience de ses limites, savoir que rien n'est jamais acquis, toujours regarder devant pour progresser.
Sagesse : savoir renoncer à une séance en cas de maladie, faire de l'entretien lors des périodes de fatigue, ne pas vouloir concourrir tous les weeks-ends même si on se sent super bien.

Voilà en quelques mots, en espérant que cela puisse t'aider.
Sébastien 26.10.2009 19:32
Salut vraiment une saison impressionnante et dommage pour le km vertical priorité au boulot c'est ce qui nous fait vivre. J'aurais voulu avoir l'avis d'un expert concernant tes qualités dans les pentes raides :
travailles-tu ta force musculaire si oui comment (peut être en vélo) ?
comment arrives tu avec si peu de tps libre et si peu de séances de qualité à être aussi performant en montagne ?
dam 26.10.2009 09:42