Voyages, voyages

Ils ouvrent de nouveaux horizons

L’intérêt a disparu

Le mois de juillet est un mois de vacances pour beaucoup de gens. Enfant, j’en profitais pour regarder tous les jours le Tour de France, un évènement qui me passionnait. Parfois, nous partions avec mes parents en vacances, le plus souvent au bord de la mer. Mais je ne manquais jamais une étape.

Depuis mon arrivée comme responsable de l’organisation touristique de Nendaz, le mois de juillet est un mois de travail, et je ne regarde plus le Tour de France depuis longtemps : le vainqueur est le dopage, avec la complicité active des médias et aussi d’un public bizarrement toujours aussi fervent. Mon attention s’est détournée de cet évènement (et, comme spectateur, des sports d’endurance en général) : le dopage a eu raison de ma passion, en quelque sorte. Par le passé j’ai souvent pointé du doigt ce problème dans les sports que je pratique ; à mon avis, la situation ne s’est pas améliorée, bien au contraire.

L’entraînement comme un plaisir de privilégié

Sans la compétition, le plaisir à l’entraînement est une finalité en soi. Et ce n’est pas plus mal. Je me maintiens en bonne forme, à un niveau certainement élevé, d’ailleurs, pour un retraité. Qui sait d’ailleurs si on ne me verra pas un jour au départ d’une course populaire (je reste sur 17 victoires consécutives sur ce type d’épreuves)? Ce n’est cependant pas au programme.

Les voyages remplacent avantageusement la compétition

J’ai voyagé sur tous les continents, dans des dizaines de pays. Aussi grâce au sport. Aujourd’hui je profite de partager cette passion des voyages avec ma fiancée pour découvrir ou visiter sans contrainte de multiples endroits. Dès que nous avons trois jours devant nous, nous partons. Lors des douze derniers mois : Gstaad/Schönried, Engadine, Toscane (Florence, Lucca, Pise et Sienne notamment), Lucerne, Rome, Naples, Côte Amalfitaine, Zermatt, Lyon, Istanbul, Prague, Budapest, Forêt Noire, Lisbonne, Madère. Bientôt le Tyrol. Ensuite on verra.

A chaque fois, nous apprenons des choses, que ce soit au niveau des prestations, de l’organisation, des coutumes ou de la culture locale.

Afin d'apprécier les destinations choisies, les voyages en couple offrent, par ailleurs, plus de confort et de temps que les déplacements lors des compétitions.

Sébastien

 

 

Bonjour aux deux,
comme vous avez raison de sillonner les paysages, et le Tyrol,
je connaîs!
Il y a un Hôtel qui mérite votre visite, à Möseren, près de Seefeld.
C'est tout simplement magnifique.

Amitiés,
Walter avec Carole
Walter avec Carole 22.07.2011 09:01
Bonjour,
Je me joins à votre avis, comme vous je ne regarde plus les compétitions des sports d'endurance qui sont trop influencés par le dopage pas assez combattu.
J'en profite pour vous féliciter non seulement pour votre carrière sportive exemplaire (je ne connais aucun autre sportif romand à avoir glâner des titres nationaux et obtenu des médailles au plus haut niveau dans des sports différents), mais surtout pour votre philosophie du sport: vous avez mis le doigt sur les problèmes de dopage dans vos sports et même renoncé à des compétitions trop longtemps non contrôlées (PDG, Sierre-Zinal) et vous méritez le plus haut respect.
Bien du plaisir dans vos activités!

Vincent B.
Vincent B. 20.07.2011 09:46
De la lecture pour les chanceux qui sont en vacances
et pour ceux qui douteraient encore:
http://www.cyclisme-dopage.com/actualite/2011-07-04-lemonde-fr.htm
TdF 18.07.2011 10:08